J’ai envie de dire

En fait... non.

Parallèlement au Covid-19, il est une autre épidémie qui sévit, plus insidieuse, et touche toutes les classes d’âge, catégories sociales, genres et territoires. Celle des tics de langage.

Et surtout un, LA superstar qui parasite depuis quelques temps absolument toutes les conversations : “en fait”.

Un serial killer, qu’on retrouve indistinctement en début ou en fin de phrase. Qui a enterré ses cousins – bien plus explicites – que sont “concrètement”, “en réalité”, “de fait” ou “effectivement”.

Mais il y a pire encore : régulièrement, “en fait” est associé à d’autres tics de langage, comme “après” (en début de phrase), “quelque part”, “du coup”, “quoi” (pour clore une phrase). Un cauchemar linguistique.

Allez, “belle journée” et “bon courage” tout de même !

Top